Une gestion au doigt mouillé!

Une gestion au doigt mouillé!

Comme nous l’avons annoncé dans la tribune du bulletin communal n°70 de déc. 2019 nous livrons dans les lignes qui suivent un extrait du rapport de la Chambre Régionale des Comptes concernant l’organisation et la gestion des services.

Pavilly 2013/2017 : une gestion au doigt mouillé ….

12 ans dans l’opposition à l’équipe Pavilly Energie dont le leader, François Tierce, va briguer un nouveau mandat nous ont appris une chose : à Pavilly on ne sait jamais de quoi demain sera fait. Nous parlons là des travaux d’entretien et d’aménagements, des gros investissements.

Sans que cela soit entendu, nous avons souvent communiqué sur cette carence dans la gestion de notre commune car nous pensons que les investissements importants doivent être choisis, priorisés et financés en fonctions de leur urgence, de la réalité des besoins constatés sur le terrain, et des finances mobilisables. Ce qui implique une programmation pluriannuelle des investissements soumis au vote du conseil et un suivi de leur réalisation faisant l’objet d’un rapport annuel présenté en séance plénière.

Il a fallu que la Chambre Régionale des Comptes vienne en 2018 auditer l’organisation et les procédures administratives de Pavilly pour que soient confirmés nos constats et nos doutes sur l’efficacité des responsables de notre administration municipale.

Ainsi les magistrats, dans les pages 6 et 7 de leur rapport consacrées à l’organisation et au pilotage des services soulignent (p. 6) « l’autonomie très forte de la direction des services techniques. » autonomie qui contraste avec le constat suivant « le directeur général des services (DGS) ne dispose pas de délégation propre » et « une délégation de fonctions très large …accordée au premier adjoint… »

Les magistrats poursuivent dans leur analyse : « cette autonomie des services techniques, qui se concrétise dans la passation des marchés, est partiellement compensée par des savoir- faire établis dans la gestion quotidienne. Son action s’inscrit dans un cadre insuffisamment formalisé. Aucune feuille de route, programmation de travaux, plan pluriannuel d’investissement ou document cadre ne préside aux investissements et aux dépenses d’équipement, et les opérations reposent bien souvent sur l’ordre de priorité retenu pendant la préparation budgétaire par le seul directeur des services techniques »

On croit rêver !!! Dans ce domaine précis, à quoi servent le maire, les adjoints, ou pour être précis à quoi ont-ils servi jusqu’en 2017 dernier exercice sur lequel portait cet audit ? Gageons que l’on nous dira ou que nous lirons que tout va changer et qu’on va mettre de l’ordre dans tout cela !!!

Que dira-t-on au contribuable qui attend une réfection de trottoir, de sa rue, une adaptation du passage pour piétons à son fauteuil roulant, une sécurisation de telle intersection ? Que répondra-t-on quand il s’agira de recenser les travaux réalisés dans les bâtiments communaux pour économiser l’énergie ?

On leur dira qu’on a un terrain de foot synthétique !!!! Décidé par qui ?????

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *